Edito > Autres |

comment parler des événements récents aux enfants ?

Article du 18 novembre 2015

Que vous soyez parents ou que vous vous occupiez d’enfants, vous êtes sûrement confrontés aux questions des enfants sur les dramatiques événements liés à l'actualité. Voici nos conseils pour aborder avec eux ces sujets.

Tout d'abord, le plus important est d'en parler et de ne pas faire taire les questionnements de l'enfant, au risque de l'inquiéter encore plus !

L'enfant est lui aussi submergé par beaucoup d'émotions (peur, colère ou incompréhension) et a besoin d'être guidé dans la gestion de ses émotions.

Prenez donc le temps d'avoir une vraie discussion avec lui de sorte qu'il exprime ce qu'il a compris, ce qu'il a entendu et les questions qu’il se pose.

N'hésitez pas à exprimer vous aussi vos émotions et ce que vous ressentez : pourquoi vous êtes triste, pourquoi vous êtes affecté. Cela lui permettra de ne pas se sentir seul.

Utilisez des mots adaptés à l'âge de l'enfant et à sa compréhension du monde (le discours ne sera pas le même avec un enfant de 5 ans qu'avec un enfant de 9 ans), mais soyez avant toute chose particulièrement vigilant aux écrans, car les journaux télévisés diffusent des images très violentes, traumatisantes pour des enfants ! Préférez donc des supports adaptés comme des journaux (Le Petit Quotidien…), qui aborderont le sujet de façon pertinente et adaptée et pourront vous aider à trouver les bons mots !

Enfin, le dessin ou la peinture peuvent être de bons outils d'expression de ses émotions, que ce soit pour évacuer, témoigner, apporter son soutien, faire part de ce que l'on ressent !

Si vous vous occupez d’enfants, veuillez à ne pas rentrer dans des considérations religieuses ou politiques pour ne pas contredire le discours des parents, discutez-en ensemble auparavant pour bâtir un discours commun, ce qui rassurera l'enfant

Partager la newsletter

Interview > Autres |

l'ami imaginaire

Article du 17 novembre 2015


MagaZEN : « L'ami imaginaire, qui est-il ? »

Eve Sonja : L'ami imaginaire peut s'appeler Doudou, Patachou ou Loulou. Ce peut être un chien ou alors un enfant qui lui ressemble. Il est le compagnon indispensable à votre enfant.

Selon diverses études, deux tiers des enfants entre 3 et 8 ans ont un ami imaginaire. C'est un comportement naturel qui aide l'enfant à se structurer et participe à son bien-être. « C’est pas toujours facile de grandir » : pour s’y aider, l’enfant se crée un ami imaginaire qui l’accompagnera vers son autonomie.

 
MagaZEN : « Pourquoi ce besoin de se créer un ami imaginaire ? »

E.S. : Pendant ses premiers mois, votre enfant a l’impression de ne faire qu’une seule et même personne avec vous. Ce n’est qu’à partir de huit mois qu’il se rend compte que vous êtes deux personnes différentes. Son doudou lui permet de se rassurer, de faire le lien entre sa famille et le monde extérieur, d’incarner la sécurité, de pallier le manque de sa mère, de construire son identité.

 
MagaZEN : « Quels sont les bienfaits d'un ami imaginaire pour l'enfant ? »

E.S. : Même si le doudou choisi par votre enfant ne ressemble à rien, il incarne pour lui la sécurité et assure le lien entre ses différents lieux de vie (maison, crèche…) et les personnes (parents, frères et sœurs, nounou...) qui l’entourent.

Grâce à lui, il peut vivre différents personnages et dans différents univers, et il lui permet de dire à papa et maman tout ce qu’il a sur le cœur sans risquer une réprimande !
L’ami imaginaire peut être doté de pouvoirs magiques, faire toutes sortes de choses défendues ou d’expériences à la place de l’enfant. Il permet parfois d’exprimer des pulsions pas toujours bien vécues comme l’agressivité ou l’égoïsme.

Je me souviens d'une petite à la halte-garderie qui demandait tous les jours à ses parents de laisser la télévision allumée pendant qu'elle était à la garderie. Après lui en avoir parlé, ils ont compris que la télé devait distraire Choupine, l'amie imaginaire de leur petite.

Un doudou n’est pas un objet comme un autre ! Il y a deux choses qui dépendent de vous : évitez de le perdre et lavez-le régulièrement. En effet, le doudou reste tout le temps avec votre enfant, il est donc traîné partout et doit donc être maintenu propre.

 
MagaZEN : « Jusqu'à quel âge est-il raisonnable d'avoir un doudou ? »

E.S. : Il n’y a pas d’âge « normal » : la décision doit se prendre en fonction de l’âge de vôtre l’enfant. Souvent, le doudou lui est un objet indispensable jusqu’à 6 ans. Passé cet âge, l’enfant se sépare de lui petit à petit mais peut encore parfois en faire un objet réconfortant en cas de chagrin ou d’angoisse. Vers 5-6 ans, incitez-le à s’en passer, dans un premier temps juste pour cette nuit. Parlez-lui comme à un grand : il doit prendre cette décision tout seul.

Le doudou restera ensuite généralement dans sa chambre et gardera longtemps une place de choix dans son cœur !

 
MagaZEN : « Ami imaginaire et mensonge ? »

E.S. : L'enfant vit dans un univers magique, celui des contes de fées et où ses jouets parlent. Alors pourquoi Patachou n'aurait-il pas mangé tous les chocolats ? On est plus dans l’affabulation que dans le mensonge. Lorsqu’il dit « C’est pas moi, c’est lui ! », il projette sur son doudou la responsabilité de son acte pour se déculpabiliser et « rester bon » à vos yeux. Votre enfant montre qu’il a compris les règles mais que vous restez le référent, celui qui ancre les choses dans la réalité. Montrez-lui que vous savez que la bêtise vient de lui et rappelez lui la règle que lui et son ami doivent respecter.

 
MagaZEN : « Quelques mots en guise de conclusion ? »

E.S. : Votre enfant peut utiliser son ami imaginaire pour faire passer des messages et exprimer quelque chose qui l’ennuie ; soyez donc à son écoute. 
Certains parents redoutent, à tort, que leur enfant confonde fiction et réalité. Il est important de ne pas casser le rêve éveillé de l'enfant : être une princesse, être un super-héros, etc. Ce petit monde intérieur, féerique et magique lui permet de mieux appréhender la réalité et d’en surmonter les difficultés.

Interview réalisée par Joël Vandemoëre, éducateur de jeunes enfants

Partager la newsletter

Pédagogie active > 0 - 3 ans |

il ne veut que les bras

Article du 14 novembre 2015

il ne veut que les bras
Entre sa naissance et 3 ans, votre enfant devient autonome, il se détache de vous et veut découvrir par lui-même le monde qui l'entoure... par lui-même ? Pas toujours ! Il arrive qu'il ait besoin de votre présence rassurante et de vos bras ! Il y a en effet des moments où les enfants ne veulent qu’être dans les bras rassurants de l’adulte, pourquoi ? Que répondre ?

De nombreux artistes de par le monde, anonymes ou célèbres, ont représenté l’enfant porté dans les bras de leur mère. Ces représentations de l’enfant nous rappellent combien cette pratique est universelle et répond à un besoin de l’enfant.

Durant la grossesse, le bébé est au chaud, nourri en continu par le cordon ombilical et surtout bercé par les mouvements du corps de la maman dans le liquide amniotique.
Dès sa naissance, l'enfant perd cette sensation dite de contenance pour découvrir l’apesanteur.

Retrouver les sensations ressenties in-utero vont alors devenir, pour le nourrisson, une source de réconfort, notamment lors du portage dans les bras qui lui rappelle sa vie utérine.

Il est donc important de comprendre que le tout petit enfant ne fait pas de « caprices » lorsqu'il réclame d’être dans vos bras mais qu’il recherche une sécurité affective que le psychologue Bowlby qualifiait « d'attachement comme système motivationnel » appelé parfois « holding ».


Vers 8 mois, votre enfant franchit une nouvelle étape et commence à acquérir le concept de permanence de l'objet. Le concept de permanence de l’objet défini par Piaget concerne l’existence d’un objet fixe, permanent. Par la construction de cette permanence, l’enfant admet qu’un objet continue d’exister même s’il n’est plus dans son champ perceptif.

Cette période est une grande source d'angoisse pour votre enfant qui manifeste encore de temps en temps une peur de l'abandon et a un réel besoin d’être dans les bras d’un adulte connu. L'adulte, vous, devient à ce moment-là le lien sécurisant entre lui et le monde extérieur.


Un peu plus tard, votre enfant, lors de ses expérimentations, développe son autonomie et vous montre qu'il n'a pas constamment besoin de vous. Il faut l'encourager dans cette voie tout en gardant une présence physique et psychologique afin de perpétuer autour de lui une sensation de sécurité doublée de confiance en lui.

Plus l'adulte est présent et joue son rôle de soutien, plus l'enfant peut développer son indépendance, en toute sérénité. A contrario, si l'enfant ne se sent pas en sécurité, il va ressentir un sentiment d’insécurité et être encore davantage demandeur d’être pris dans les bras. Son autonomie va donc naître de son besoin de dépendance dès ses premiers mois de vie afin de pouvoir ensuite faire son chemin sous le regard et avec la présence bienveillante de l'adulte.

 
Il n'y a jamais « trop de bras ». A certains moments, vous êtes moins disponible et votre enfant doit l’accepter sinon le comprendre. En revanche il faut garder en tête qu'un enfant ne reçoit jamais trop d'affection et de présence. Prenez le dans vos bras : vous comblerez son réservoir affectif et renforcerez sa confiance en lui !

Anne-Sophie Chaunu, conseillère en pédagogie et éducatrice de jeunes enfants

Partager la newsletter

Sélection Zazzen > 6 - 12 ans |

les musées

Article du 13 novembre 2015

les musées
Les nombreux musées français regorgent des richesses trop souvent méconnues et qui n’ont pas vocation à être réservées aux seules sorties scolaires. N’hésitez pas à en proposer la découverte à votre enfant. Ces visites affineront sa sensibilité, lui fourniront des exemples concrets qui préserveront l'enseignement scolaire de l'abstraction. Si l'idée que l'art permet de former et de stimuler l'esprit est très généralement admise, il est clair que la simple contemplation des œuvres présentées ne peut suffire. C’est pourquoi de plus en plus de musées développent des parcours spécifiques pour les enfants alternant oeuvres et parcours pédagogiques. Alors pourquoi ne pas organiser prochainement une sortie en famille au musée ?

3-6 ans : Le musée Cinéma et Miniature de Lyon


Situé dans le vieux Lyon, ce musée permet d’ouvrir vos enfants dès l’âge de 4 ans à l’art de la miniature et à ses métiers (ébénisterie, lutherie, orfèvrerie, maroquinerie…). Les décors de cinéma présentés leur réservent aussi bien des secrets !


http://www.museeminiatureetcinema.fr


6-12 ans : Le musée des Arts décoratifs et du Design de Bordeaux


Expérimenter pour mieux comprendre, tel est l’objectif des visites-ateliers ! Après une visite dialogue, les enfants se rendent dans l’atelier pour fabriquer un objet en rapport avec le thème de la visite.


http://www.bordeaux.fr/p63910

9-12 ans : Le musée du Louvre et son atelier Chevalier de Paris


Les ateliers du Louvre permettent de s’initier à plusieurs techniques artistiques, tout en découvrant les collections du musée. Les ateliers permettent de comprendre une technique artistique, en l’expérimentant auprès d’un artiste spécialiste. Votre enfant alternera ainsi découverte des œuvres dans les salles du musée et pratique artistique dans une salle dédiée.
Les enfants peuvent aussi partir à la rencontre des chevaliers du Moyen Âge ! Création de boucliers et découverte de la vie de cette époque attendent les enfants de 8 à 12 ans !

http://www.louvre.fr/ateliers/chevalier-enfants-0

Anne-Sophie Chaunu, conseillère en pédagogie et éducatrice de jeunes enfants

Partager la newsletter