Les derniers articles

Pédagogie active > 3 - 6 ans |

les gros mots

Article du 15 juin 2015

Les premiers gros mots apparaissent autour de 3 ans chez l'enfant, dès qu’il commence à maîtriser le langage ! L'école, nous parents, les grands frères et sœurs... C’est dans cet environnement que l'enfant absorbe ce qu'il entend et aime tester nos limites avec ces mots qui nous font vivement réagir! Pourquoi l'enfant dit-il des gros mots ? Quelle attitude adopter dans cette situation ? Quelques éléments de réponse...

La découverte des gros mots est une étape normale dans le développement de l'enfant, qui le plus souvent n’en connaît ni la signification exacte ni la portée réelle.


C'est en maternelle ou au début de l’école primaire que les gros mots font leur apparition ; ce nouvel environnement, si stimulant, apporte son lot de nouveautés qui ne sont pas toutes souhaitables ! Votre enfant découvre la socialisation, gros mots compris… En effet, prononcer des gros mots lui permet de s’affirmer auprès de ses camarades, de s’intégrer socialement dans le groupe par les réactions que ces gros mots suscitent.


L'enfant remarque très rapidement que les gros mots entraînent une vive réaction chez l’adulte. Il s’en délecte et toute occasion pour les prononcer lui parait bonne. La gestion de cette période va dépendre uniquement de votre réaction ! Tout d’abord, l’utilisation des gros mots se réduira d’elle-même si vous n’y attachez pas trop d’importance. Souvenez vous que votre enfant apprend ce qui se dit et ce qui ne se dit pas par vos réactions et par le langage des adultes qui l’entourent.


A cet âge où l'enfant est encore en période d'opposition, il est impératif de lui montrer les limites qu'il ne doit pas franchir : ne minimisez jamais un gros mot, ne le tournez pas en dérision au risque de montrer à l'enfant que ces mots ont leur place dans son vocabulaire ! A contrario, punir dès le premier écart de langage peut aussi s'avérer injuste aux yeux de l'enfant qui ne connaît pas forcément le sens de ce qu'il vient de dire ! Ignorer les gros mots qu’il prononce en faisant la sourde oreille n’est pas la meilleure solution, mais la punition non plus. L'explication reste toujours la meilleure réponse à ce type de comportement ! Montrez à l'enfant que ces mots n'ont pas leur place dans son vocabulaire et qu'il en existe bien d'autres qu’il peut utiliser !


Il est important de définir le contexte ! Pourquoi votre enfant a-t-il dit un gros mot ? Il peut être en colère, imiter un adulte, ou bien répéter ce qu'il a entendu à l'école qui le faisait pourtant rire avec ses amis, etc. Il faut lui expliquer qu’on ne peut pas dire n’importe quoi à n’importe qui.


Il est impératif de montrer l'exemple à l'enfant ! On ne peut pas lui reprocher un comportement que nous adoptons fréquemment (notamment en voiture !), au risque d'une fois de plus lui faire croire, à tort, que l'on fait ce que l'on veut quand on est grand !
Si des gros mots échappent à votre enfant lors d'une dispute ou d'une grosse colère, prenez toujours le temps de lui montrer d'autres outils ou d'autres mots pour gérer son stress.


Certains livres peuvent également s'avérer être de très bons supports pour en discuter comme Les gros mots, de Catherine Dolto. Au contraire d’autres ouvrages peuvent sembler être la justification de dire des gros mots tel que Caca Boudin de Stephanie Blake, qui, le temps du livre, offre à l'enfant la possibilité de dire des mots «hors cadre ». Dès que le livre se referme il faut expliquer à l'enfant que les gros mots doivent rester dans le livre !


Quelle que soit la situation, n'ignorez pas les gros mots que votre enfant prononce! Prenez toujours le temps d'expliquer pourquoi ils ne sont pas tolérables, proposez une alternative à l'enfant (zut, flûte, patate...) et surtout investissez le dans cette chasse aux gros mots en l'autorisant à vous faire remarquer les vôtres !

Anne-Sophie Chaunu, conseillère en pédagogie et éducatrice de jeunes enfants

Partager l'article