Les derniers articles

Pédagogie active > 0 - 3 ans |

l'aire du mouvement du tout-petit

Article du 15 mars 2017

Le tapis d’éveil devient un objet incontournable avec sa douceur, ses couleurs, ses objets sonores, ses matières diverses… dès que l’enfant découvre le mouvement. Il se présente comme un jouet très complet qui l’aide à développer ses sens, ses muscles et participe ainsi à son éveil. Mais un tel tapis est-il réellement respectueux de l’enfant? Aide-t-il vraiment à son développement? Sinon comment l’aider, seulement par l’aménagement de l’espace?

Pour comprendre ce que ressent un tout-petit, imaginons-nous à sa place quelques instants sur son tapis d’éveil pour voir et éprouver ce qu’il peut voir et ressentir… Le tapis d’éveil est multi-couleurs, avec des textures et un miroir incorporés, des arceaux aux quatre coins sur lesquels sont suspendus des objets multi-sensoriels. Quand il est sur le dos, l’enfant ne voit jamais le dessin vif en entier puisqu’il est posé dessus. Les hochets multicolores, sur le fond coloré, apportent une confusion visuelle à l’âge où la vue se développe. Quand il est sur le ventre, le bébé peut vouloir attraper les motifs et s’agacer de ne pouvoir les prendre. Les bourrelets occasionnés par les textures et les objets incorporés sont aussi inconfortables: appréciez-vous d’être allongé(e) sur un livre?
Les objets suspendus excitent le tout-petit par la multiplicité de choses à voir! Il ne peut que pleurer pour être sorti ou s’endormir pour échapper à ce trop-plein de stimuli. Les arceaux gênent les mouvements de retournement et de déplacement du bébé. Le tapis d’éveil devient alors une entrave aux mouvements du bébé alors que les lois naturelles le poussent à se mouvoir et à se concentrer pour découvrir son environnement et ses capacités.
Pour éviter ces inconvénients, créez un «tapis du mouvement» avec un futon ou un tapis recouvert d’un drap ou d’un plaid uni pour faire ressortir les objets qui seront disposés dessus.
Placez, en complément, un long miroir au ras du tapis le long du mur en longueur en verre épais sécurisé, bien vissé au mur. Le bébé pourra se regarder et avoir une vision globale de sa chambre. Posé sur le ventre, il sera motivé pour relever sa tête et se regarder, attiré par les reflets qu’il renvoie. Une petite étagère basse de 30 cm, le long du tapis, offrira des espaces de rangements pour les paniers de hochets, peluches douces, balles…
Les hochets et premiers jeux doivent être simples, d’une même texture avec peu de couleur. Ainsi, le bébé éprouvera le contact avec cette matière, son poids, sa température, le son qu’elle produit, sa couleur. Préférez les matières naturelles: bois, tissu, ambre, métal (grelot suspendu), cuir… Vous pouvez aussi suspendre un joli mobile design ou au style épuré qui ravira le regard du bébé, des petits livres cartonnés.


Quelques pistes de lecture:

Maria Montessori «L’enfant dans la famille»
Charlotte Poussin «Montessori de la naissance à 3 ans» aux éditions Eyrolles et sous forme de fiches
Marie-Hélène Place «60 activités Montessori pour mon bébé» pour l’approche Montessori
Emmi Pikler «Se mouvoir en liberté dès le premier âge»

Valérie Mirault, éducatricede jeunes enfants et éducatrice Montessori

Partager l'article