Les derniers articles

Interview > 6 - 12 ans |

TV, internet, consoles, dans quel cadre ? Quelles limites ?

Article du 17 octobre 2015

MagaZEN : « Que se passe-t-il pour un enfant lorsqu’il est devant un écran ? »

Anne-Sophie Chaunu : Avant 3 ans, un tout-petit est en pleine période de construction psychique ; il construit notamment ses repères d'espace et de temps. L'exposition à un écran ralentit et déforme ces acquisitions. En effet, même si l'enfant semble calme et apaisé devant la télévision, ce n'est qu'une illusion car intérieurement, beaucoup d'émotions et de sensations s’agitent et se bousculent. Un enfant de moins de 3 ans a besoin de se construire par lui-même grâce aux interactions et à la communication qu'il peut développer, non par la vue d’écrans. Il ne faut donc pas considérer un écran comme un outil pédagogique et ludique convenant à cet âge.


MagaZEN : « A partir de quel âge peut-on proposer la télévision, internet ou une console de jeux vidéo ? »

A-S.C. : Il est important de prendre en compte l'âge de votre enfant, mais aussi son tempérament. L'âge n'est qu’indicatif ; si vous sentez qu’il n'est pas prêt ou pas intéressé, ne vous sentez pas obligé de lui proposer la télévision, internet ou une console de jeux vidéo.


Selon l’Académie des sciences, il est démontré qu’avant 2 ans, « les écrans non interactifs (télé et DVD) […] peuvent avoir des effets négatifs : prise de poids, retard de langage, déficit d’attention, adoption d’une attitude passive face au monde ». L'avis de l'Académie des sciences n'est pas un avis à charge contre les écrans. C'est bien au contraire une invitation à découvrir tout ce que les écrans peuvent apporter aux enfants, à partir du moment où leur usage est accompagné et l'autorégulation encouragée. Ainsi, les tablettes tactiles peuvent permettre au jeune enfant d'exercer des formes d'intelligence étayées sur le geste, le toucher et l'interaction.


Selon la Société canadienne de pédiatrie, de 2 à 4 ans, les enfants ne devraient pas passer plus d’une heure par jour devant un écran, tous appareils confondus.


Après 4 ans, ce temps ne devrait pas dépasser 2 heures. Entre 4 et 6 ans votre enfant développe ses relations sociales, son imaginaire et sa capacité de mouvement. La télévision et les autres écrans, trop fréquemment utilisés, peuvent alors ralentir son évolution et aussi entrainer des troubles de l’attention, de la somnolence et une certaine insécurité. Regarder un écran peut être, de façon occasionnelle, une activité familiale mais elle exige beaucoup de précautions : pas de publicités ou de journaux télévisés ; soyez sûrs du contenu que vous proposez à votre enfant !


Avant 6 ans, « la possession d’une console ou d’une tablette personnelle présente plus de risques que d’avantages ». 


Entre 6 et 9 ans votre enfant est avide de connaissances et de découvertes. On pourrait donc facilement croire que la télévision et internet peuvent l’aider dans d'éventuelles recherches. Il faut toutefois rester vigilant pour éviter que votre enfant soit confronté à des images de violence (dans une période de questionnement sur le bien et le mal). Cela peut alors jouer sur ses résultats scolaires et ses relations sociales.


Après 9 ans, l'enfant peut commencer à être tenté par les relations sociales que propose internet, notamment les réseaux sociaux qui facilitent ses échanges avec les autres, souvent de façon illusoire.


Il ne faut pas sous-estimer les risques qu’un usage immodéré d’écrans peut faire courir à votre enfant : obésité, diabète, maladies cardiaques, addiction, isolement social.


En conclusion, on peut rappeler la règle du 3-6-9-12 : pas d'écrans avant 3 ans, 1h par jour maximum entre 3 et 6 ans, pas plus de 2h par jour entre 6 et 9 ans et 3h au maximum au-delà de 9 ans.


MagaZEN : « Comment pouvons-nous encadrer et limiter la consommation d'écrans ? »

A-S.C. : Il faut avant toute chose montrer l'exemple et donner de bonnes habitudes dès le plus jeune âge (ne pas laisser la télévision allumée en continu, proposer d'autres activités familiales, ne pas développer soi-même une addiction au numérique... car l'enfant est fortement influencé par l'environnement qui l'entoure. Il est donc important de mettre en cohérence son discours et ses actes.


Il est évident que les parents doivent cadrer le temps d'écran de leur enfant à tout âge, de la naissance jusqu'à la fin de l'adolescence. Mais c'est avoir une idée trop restrictive des écrans et des formidables possibilités qu’ils offrent. En effet, il existe des jeux vidéo qui augmentent les capacités de concentration, d'attention et de prise de décision rapide. Il en existe d'autres qui augmentent les capacités de collaboration et de résolution collective des tâches.


De façon générale, l'utilisation des écrans interactifs renforce la capacité de faire face à l'imprévisible en développant une intelligence fluide et adaptative à l'opposé de l'intelligence « cristallisée » développée par la culture du livre.


Ne pensez pas qu'interdire télévision, internet et consoles est la solution. Bien au contraire ! Cela va créer une frustration et donc une limite que l'enfant aura envie de transgresser.


Il est préférable de dialoguer avec lui, l'informer des risques et des dangers (installez tout de même un logiciel de contrôle parental sur l’ordinateur), et surtout lui apprendre à gérer son temps d'utilisation (un petit planning par exemple). Chez les adolescents, « un usage trop exclusif d’Internet peut créer une pensée zapping […] appauvrissant la mémoire, la capacité de synthèse personnelle et d’intériorité ».

Partager l'article