Les derniers articles

Interview > 6 - 12 ans |

la logo-pédagogie : Estomper les difficultés scolaires avec une pédagogie renou

Article du 20 octobre 2016

Mon enfant de 8 ans avait pris du retard dans la fluidité et la rapidité de la lecture. Mémoriser lui était difficile et écrire, un vrai calvaire. Il ne progressait guère malgré ses séances avec l’orthophoniste, qui l’avait étiqueté «dyslexique». Pour faciliter son acquisition de la lecture et de l’écriture, nous lui avons fait suivre plusieurs séances de logopedagogie avec Véronique Pasquini. Aujourd’hui, mon enfant lit avec plaisir, comprend et mémorise avec facilité et occupe la place de premier en Français! Nous partageons, dans cette interview, cette approche structurante

MagaZEN : Qu’est-ce que la logopédagogie?

Véronique Pasquini: Fruit du travail d’Élisabeth Nuyts, chercheur en pédagogie, la logopédagogie est une pédagogie axée sur la parole qui utilise les circuits d’apprentissages conscients en respectant le mode cognitif de l’apprenant. Elle consiste à mettre en mots chaque perception, à reconstruire les bases inconscientes, à accéder à l’analyse fine et à la conscience de «son moi» dans le but de conduire chacun à l’autonomie.


Elle s’adresse aux enfants en difficulté d’apprentissage et atteints de différentes dys… ou phobies scolaires, aux parents souhaitant aider leurs enfants ainsi qu’aux instituteurs et même aux adultes ayant des problèmes de mémoire ou d’analyse.

MagaZEN : Quelle est la meilleure méthode pour apprendre à lire?

VP: Pour apprendre à lire sans problèmes de dys…, seul le B.A.-BA est efficace.

Le cerveau peut enregistrer consciemment entre 5 et 7 éléments, soit le nombre des voyelles: a - e - é - è - i – o - u. Lorsque l’enfant les connaît, sait les écrire, alors une consonne est ajoutée mais nous restons toujours sur des circuits conscients: pa - pe - pé - pè - pi – po- pu, les 5 à 7 éléments sont respectés.

L’écriture doit absolument être liée à la lecture, et dès que des mots sont formés, l’évocation, c'est-à-dire l’action de se représenter la scène lue, doit être mise en place. 
L’allié n° 1 d’un bon apprentissage est le temps, car si les circuits conscients sont quatre fois plus lents que des circuits réflexes, ils permettent d’accéder à la compréhension fine et à la mémoire à long terme.

MagaZEN : Comment aider les enfants à préparer une dictée et à mémoriser une poésie?

VP: Éviter tant que possible les dictées de mots, qui appris en liste ne pénètrent pas la conscience. Si l’enfant doit en apprendre, il faut mettre ces mots dans un contexte, réel si possible et l’inviter à inventer des phrases comprenant ces mots. Pour l’écriture de tout mot nouveau, il faut le lire, le syllaber et épeler chaque syllabe au rythme de l’écriture.


Pour les dictées de textes, bien les lire, étudier les mots difficiles et analyser la grammaire. C’est le moment de mettre en évidence les difficultés de l’enfant et d’y remédier.


Pour la poésie, tout d’abord la lui faire lire et se la représenter mentalement avec ses sens (couleurs, sons, goût, émotions…), puis lui faire apprendre une strophe en l’évoquant ou en la mimant. Le sens est toujours à privilégier pour activer la compréhension fine et la mémorisation à long terme.

MagaZEN : Quelles activités les parents peuvent-ils faire avec leurs enfants pour stimuler les deux hémisphères de leur cerveau?

VP: L’hémisphère droit est déjà sollicité par tous les jeux d’analogie très nombreux. 
Pour solliciter l’hémisphère gauche, il faut des jeux de raisonnement, des jeux impliquant les «si…, alors...», comme le «Mastermind» ou«Embouteillages» joués en analyse.

Sont à privilégier:

- Toutes analyses de perceptions, qu’elles soient sur le toucher, sur le poids, sur la vue, sur l’odorat et sur l’écoute 

- Les devinettes à questions ouvertes, en veillant à formuler: «Ce à quoi je pense…» (et surtout pas je suis…) 

- Les histoires à raconter de façon participative et tout ce qui fera réfléchir l’enfant, l’invitera à établir des causes et leurs conséquences… peuvent être mis en place par les parents qui s’amuseront beaucoup eux aussi!

MagaZEN : Avez-vous des livres à recommander pour s’informer sur la logopédagogie?

VP: Le livre à recommander pour découvrir la logopédagogie s’intitule «Dyslexie, dyscalculie, dysorthographie, troubles de la mémoire: Prévention et remèdes» d’Elisabeth Nuyts ; parmi ses ouvrages, celui-ci me paraît idéal pour comprendre son travail et comment aider quelqu’un en difficulté.


Élisabeth Nuyts met à disposition de tout public d’autres ouvrages pour aider, tels que les dossiers de Grammaire structurante, de Mathématiques conscientes, de lecture analytique ainsi que son premier livre lui valant le prix Enseignement et Liberté 2002: «l’école des illusionnistes».

Propos recueillis par Valérie Mirault, Responsable des valeurs pédagogiques Zazzen

Partager l'article