Les derniers articles

Edito > Autres |

pratiquons l’éducation pour la tolérance

Article du 20 janvier 2016

Inspiré par l’exemple de Frederico Mayor, ancien directeur général de l’Unesco, je relaie son message d’appel à la tolérance lancé à tous en préambule d’un manuel éducatif à l’usage des communautés et des écoles, La tolérance, porte ouverte sur la paix :

« pour qu'ils inculquent à nos enfants et à nos jeunes un esprit d'ouverture et de compréhension envers les autres peuples, la diversité de leurs cultures et de leur histoire et l'humanité profonde qu'ils partagent avec nous ;
pour qu'ils leur enseignent combien il est important de refuser la violence et d'adopter des moyens pacifiques pour résoudre les différends et les conflits ;
pour qu'ils forgent dans les générations à venir des sentiments d'altruisme, d'ouverture et de respect d'autrui, de solidarité et de partage, fondés sur une confiance en leur identité et sur une capacité de reconnaitre les multiples facettes de la personne humaine dans des contextes culturels et sociaux différents. »
Après les attentats du 13 novembre dernier, il semble indispensable que chacun d'entre nous donne un sens nouveau au mot « tolérance » et soit conscient que notre capacité de reconnaitre à chaque personne sa valeur est le fondement du dialogue interculturel, de la sécurité et de la paix.


Il ne s’agit ici pas de rester muets par peur de sombrer dans la stigmatisation ou l’amalgame, claquemurés par les menaces d’atteinte à la bien-pensance que l’on peut entendre çà et là, mais au contraire d’accepter aborder ces sujets, d’oser « parler vrai ».


La xénophobie et le racisme prennent racine dans l’incompréhension. On est souvent hostile parce qu’on a peur. On a peur parce qu’on ne connaît pas. Xénophobie et racisme sont tous deux regrettables. Ils ne sont pas l’apanage d’un parti politique ; ils sont beaucoup plus diffus dans la société et sur l’échiquier politique. Ne nous en cachons pas, ne nous voilons pas la face.


Sans banaliser le mal ou faire preuve de lâcheté, sans sermonner ou moraliser, cherchons à expliquer et à inciter à réfléchir.


Nous adressons tous nos voeux de réussite dans les efforts que chacun pourra entreprendre en matière d'éducation pour la tolérance, qui ouvre la voie à l'acquisition de connaissances nouvelles et plus vastes, qui favoriseront la paix, le respect des droits de l'homme et la démocratie.

Partager l'article