Les derniers articles

Edito > Autres |

la parentalité en entreprise : quel retour sur investissement ?

Article du 18 juin 2015

Est-ce à l’entreprise d’aider ses salariés dans leur parentalité ? Qu’a-t-elle à y gagner ? N’est-elle pas intrusive en proposant des solutions en la matière ?

L’entreprise y a un intérêt managérial…


Le Baromètre 2013 publié par l’Observatoire de la parentalité en entreprise fait ressortir que la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle reste une attente majeure pour 93 % des salariés-parents, mais qu’elle n’est pour 76 % d’entre eux toujours pas suffisamment prise en compte au sein des entreprises.
Il n’y a pas de performance économique durable sans performance humaine. Par les valeurs de respect qu’elle véhicule, la parentalité en entreprise permet à cette dernière de mobiliser les énergies et de fédérer autour de son projet. En réussissant à mieux concilier vie professionnelle et vie personnelle, ses salariés-parents sont plus disponibles et impliqués.


… et financier


Un groupement d’entreprises suisses (MIGROS, NOVARTIS, NESTLÉ, RAIFFEISEN…) a fait réaliser en 2005 une analyse coût/bénéfice de l’aide à la parentalité. Résultat ? 100 € investis en la matière rapportent 108 €, notamment grâce à la baisse des coûts de recrutement corrélative d’une meilleure fidélité des salariés et à une diminution de l’absentéisme.
Un exemple précis ? Un cadre qui doit pallier un mode de garde défaillant peut y consacrer jusqu’à une demi-journée de travail. S’il gagne 45.000 € bruts par an, le coût pour l’entreprise est trois fois supérieur à celui du financement d’une solution de garde d’urgence !


Tant en matière de soutien aux parents que d’aide à la parentalité…

 
Les programmes et actions d’accompagnement identifiés sont soit un soutien aux parents, soit une aide à la parentalité. Le premier peut être des services (places en crèche…), un soutien financier (Cesu préfinancé pour le paiement d’une garde à domicile…), des aménagements en matière d’organisation du temps de travail (temps partiel…) ou un accompagnement RH et managérial. L’objectif de la seconde est de promouvoir les compétences parentales ou les bonnes relations parent-enfant.


… l’entreprise n’est pas intrusive à l’égard de la vie de ses collaborateurs

 
Les salariés-parents cumulant souvent le plus de situations stressantes, il est bien de la responsabilité et de l’intérêt de l’employeur de considérer la situation familiale de ses collaborateurs pour créer un environnement professionnel propice à la motivationet à la performance. L’entreprise qui met en oeuvre de telles mesures en faveur de la parentalité est donc dans son rôle. En outre, cela ne signifie pas qu’elle est intrusive à l’égard de la vie professionnelle de ses collaborateurs.

Partager l'article